Accueil
Présentation
Compositeurs
Hist. de la musique
Analyse
Actualités
Evénements
Liens
Partenaires
Contact

Triples

 

 

Mercredi 30 novembre 2011 à 20h

 

Salle Gaveau - Paris

 

 

direction Wilson Hermanto

violon, violoncelle, piano Trio Wanderer

(Jean-Marc Phillips-Varjabédian, Raphaël Pidoux et Vincent Coq)

 

Programme :

 

Ludwig van Beethoven

Triple Concerto pour violon, violoncelle, piano en ut majeur op. 56

 

Matteo Franceschini

Triple Concerto

 

Franz Schubert

Symphonie n° 8 en si mineur « Inachevée »

 

 

Résonances : Franceschini répond à Beethoven

 

Il fallait s’appeler Beethoven – et se considérer comme un génie hors norme – pour imaginer ce Triple Concerto qui met en avant non pas un mais trois solistes face à un grand orchestre. Le style est martial, grandiose, typique de la période que l’on a appelée par la suite « héroïque ».

 

La véhémence et l’ampleur des mélodies se doublent d’un jeu sur les masses orchestrales : on est loin des genres anciens du concerto grosso ou de la symphonie concertante pour aller vers une forme d’hyper-concerto, qui ouvre des perspectives radicalement modernes. Pour autant, la cohésion entre les trois solistes doit être parfaite ; ce qui rend parfaitement logique de faire appel à une formation de musique de chambre déjà constituée (comme ici le magnifique Trio Wanderer).

 

Dans son oeuvre nouvelle, Matteo Franceschini, compositeur en résidence à l’Orchestre, rendra hommage à Beethoven en se saisissant du même effectif pour lui faire dire des choses neuves. Le programme se termine aux antipodes de l’ambition beethovénienne : Schubert est le musicien de la poésie intérieure, fragile et chaleureuse, même lorsqu’il écrit pour l’orchestre symphonique.

 

 

Lumière sur le concert

conférence - Le Triple concerto de Beethoven revisité par un jeune compositeur

 

Innombrables sont les concertos pour violon et orchestre, pour piano ou encore pour violoncelle, mais très rares sont ceux pour ces trois instruments à la fois. En 1804, le jeune Beethoven est l’un des premiers à s’y essayer ; c’est un coup de maître auquel très peu de compositeurs se confronteront. Deux cent ans plus tard est commandé à Matteo Franceschini, compositeur italien, un concerto pour cette inhabituelle formation. L’Orchestre National d’Île de France l’interprètera pour la première fois en France.

 

Comment un compositeur du XXIe siècle s’inspire-t-il du Triple de Beethoven ? Réponses avec Matteo Franceschini, compositeur en résidence à l’Orchestre.

 

 

Réservation : 01 43 68 76 00

www.orchestre-ile.com

 

Tarifs : Si vous venez de la part d’Ars-classical,

 

-          27 € au lieu de 30 € en 1ère catégorie,

-          22 € au lieu de 25 € en 2ème catégorie,

-          18 € au lieu de 20 € en 3ème catégorie

-          13 € au lieu de 15 € en 4ème catégorie.

 

Afin de bénéficier de cet avantage, veuillez contacter Audrey Chauvelot par téléphone au 01 41 79 02 47 ou par mail à audrey.chauvelot@orchestre-ile.com

Précisez à la réservation que vous venez de la part d’Ars-classical.

 

                                                                                                                                                                                                           

ars-classical  | contact@ars-classical.com